Published On: mer, Août 2nd, 2017

Venezuela : Le président Maduro face à l’opposition

Share This
Tags

Le président socialiste du Venezuela, Nicolas Maduro, s’est retrouvé hier face à de nouvelles manifestations de l’opposition au lendemain de l’élection dans le sang d’une toute puissante Assemblée constituante à sa main, rapporte l’AFP.
 Le scrutin a été marqué par des violences qui ont fait 10 morts, portant à plus de 120 le nombre total de personnes tuées en quatre mois de manifestations antigouvernementales. Il a été boycotté par l’opposition pour laquelle cette institution ne vise qu’à prolonger le pouvoir de Maduro, dont le mandat s’achève en 2019.
La Constituante de 545 membres, qui doit diriger le pays pour une durée indéterminée, doit s’installer demain au siège du Parlement, dominé depuis 2016 par l’opposition réunie au sein de la Table de l’unité démocratique (MUD), qui ne reconnaît pas la nouvelle Assemblée.

Cette dernière, qui se situe au-dessus de tous les pouvoirs, y compris du Président, doit rédiger une nouvelle Constitution remplaçant celle promulguée en 1999 par le défunt président Hugo Chavez. Le président Maduro a qualifié d’historique le scrutin auquel ont participé, selon les autorités, plus de huit millions d’électeurs, soit 41,5% du corps électoral. La nouvelle Assemblée «est née avec une grande légitimité populaire», a-t-il déclaré. «L’Assemblée constituante doit être consciente du pouvoir entre ses mains.»

Les résultats de l’élection ont été accueillis par de nouveaux appels de l’opposition à manifester. Pour l’opposant Julio Borges, président du Parlement, le Venezuela se «réveille plus divisé et isolé du reste du monde». «Nous ne reconnaissons pas ce processus frauduleux. Pour nous, il est nul, il n’existe pas», a déclaré l’un des chefs de l’opposition, Henrique Capriles. A son tour, l’opposant Léopoldo Lopez, assigné à résidence après plus de trois ans d’incarcération, a appelé dimanche les «démocrates du monde entier» à ne pas reconnaître la future Assemblée constituante. L’Argentine, la Colombie, le Panama et le Pérou l’ont déjà fait.

Les antichavistes détiennent la majorité au Parlement et voient dans cette Constituante un moyen pour le président Maduro de se cramponner au pouvoir, contourner l’Assemblée nationale élue et éviter la présidentielle prévue fin 2018. Ils dénoncent une dérive vers un «régime à la cubaine». Le gouvernement assure de son côté que cette future assemblée, dont la durée du mandat n’est pas définie, sera un «super pouvoir» qui aura la capacité de dissoudre le Parlement, qu’elle apportera la paix et permettra au pays de se redresser économiquement.

La communauté internationale condamne

Par ailleurs, des Etats-Unis à l’Union européenne (UE), de nombreux gouvernements dans le monde ont fermement condamné l’élection dans la violence d’une Assemblée constituante au Venezuela, certains annonçant qu’ils refuseraient de reconnaître les futures décisions de cette institution. «Nous continuerons à prendre des mesures fortes et rapides contre les architectes de l’autoritarisme au Venezuela, y compris contre ceux qui font partie de l’Assemblée constituante en vertu de cette élection irrégulière», a affirmé dans un communiqué la porte-parole du département d’Etat américain, Heather Nauert.

Une dizaine de pays ont annoncé leur refus de reconnaître la Constituante, notamment l’Espagne, où vit une importante communauté d’exilés vénézuéliens. La Constituante «ne représente pas la volonté de la majorité des Vénézuéliens» et «n’est pas la solution aux graves problèmes d’affrontements politiques et de crise humanitaire qui frappent le pays», déclare le ministère espagnol des Affaires étrangères dans un communiqué. C’est pourquoi Madrid «ne pourra pas reconnaître ni accorder de validité aux actes juridiques émanant de cette Assemblée constituante».

Plusieurs pays sud-américains, du Mexique à l’Argentine en passant par le Panama, le Costa Rica, le Paraguay et la Colombie, ont également condamné les violences pendant l’élection. Le Pérou a invité les ministres des Affaires étrangères d’Amérique latine à une réunion sur le Venezuela le 8 août à Lima. La Commission européenne, pour sa part, a exprimé «de sérieux doutes quant à savoir si le résultat de l’élection (de la Constituante) peut être reconnu», a souligné une porte-parole de l’Exécutif européen.

«Une Assemblée constituante, élue dans des circonstances douteuses et souvent violentes, ne saurait faire partie de la solution», a poursuivi Mina Andreeva lors d’un point presse à Bruxelles, en s’inquiétant du «sort de la démocratie» au Venezuela. Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a quant à lui affirmé dans un communiqué que l’institution «ne reconnaîtra pas cette élection» de la Constituante, en fustigeant la nature «antidémocratique» du gouvernement de Caracas.

La France a exigé du gouvernement vénézuélien «qu’il garantisse ses engagements internationaux en matière de respect des libertés publiques». Paris «demande aux autorités vénézuéliennes de consentir, dans un esprit de réconciliation nationale, aux compromis nécessaires au dénouement de la crise, dont le prolongement ne peut qu’accroître le désarroi du peuple vénézuélien et déstabiliser toute la région», a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Répondant aux condamnations internationales, le président Maduro a déclaré : «On s’en fiche de ce que dit Trump ! Ce qui nous importe c’est ce que dit le peuple du Venezuela !» Comme il a émis le souhait que la Constituante lève l’immunité des parlementaires de l’opposition pour qu’ils soient jugés. «Cela suffit avec le sabotage de l’Assemblée nationale, il faut mettre de l’ordre», a-t-il dit, menaçant également de «prendre le mandat» de procureur général dont la titulaire actuelle, Luisa Ortega, chaviste de longue date, a rompu avec le gouvernement pour en devenir un des principaux adversaires.      

This content is created from http://www.elwatan.com/international/venezuela-le-president-maduro-face-a-l-opposition-01-08-2017-350165_112.php with Octolooks Scrapes

http://www.elwatan.com/international/venezuela-le-president-maduro-face-a-l-opposition-01-08-2017-350165_112.php

This content is created from http://www.elwatan.com/international/venezuela-le-president-maduro-face-a-l-opposition-01-08-2017-350165_112.php with Octolooks Scrapes

About the Author

-

Leave a comment

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

%d blogueurs aiment cette page :